Chellata : 8e édition du Festival de la figue de Barbarie

Revaloriser la culture de la figue de Barbarie est l’objectif de la huitième édition de la fête annuelle consacrée à ce fruit sauvage par la commune de Chellata, à 70 km du chef-lieu de Béjaïa.

Cet événement qu’organise l’association culturelle Tanekra, en collaboration avec l’APC de Chellata et l’APW de Béjaïa, s’est déroulé au niveau de l’école primaire du village Mliha, du 29 au 31 août, en présence de plusieurs exposants venus de différentes localités de la wilaya, mais aussi d’autres wilayas du pays, a-t-on appris auprès des organisateurs.

En plus d’une exposition-vente de la figue de Barbarie, plusieurs autres expositions relatives à la culture et à la flore de la région ont été réalisées. Ainsi, les nombreux visiteurs ont eu le plaisir et l’occasion de passer en revue une exposition de robes kabyles et une autre sur les plantes médicinales de la région.

Selon Belkadi Samir, fondateur du festival, «le but principal de cette édition ainsi que de tout le festival est principalement de sensibiliser les gens à l’importance de cette plante qui renferme plusieurs vertus». «Le fruit, en plus d’être comestible directement, peut être utilisé aussi dans l’industrie des cosmétiques. Plusieurs fabriques pour l’extraction de l’huile de figue de Barbarie ont été déjà ouvertes un peu partout dans la région de Béjaïa et à Tizi Ouzou. Les débouchés économiques peuvent être importants, à condition d’un retour à son exploitation. C’est le but de tout le travail que nous accomplissons», dit-il.

En marge de ces expositions, les nombreux visiteurs ont eu l’occasion de suivre une pièce théâtrale de la troupe Azar n’Bouidel de la commune d’Iferhounene, une conférence sur le thème de la figue de Barbarie animée par le Dr Khoudir Madani de l’université de Béjaïa, alors qu’un gala artistique a été animé au 3e jour du festival par le chanteur Achour et le groupe local Anza.

D’après nos interlocuteurs, un regain d’intérêt a été enregistré et des cultures de la figue de Barbarie ont déjà été renforcées dans la région depuis le lancement de ce festival. Redorer le blason de ce délicieux fruit naturel aux multiples vertus sur la santé humaine est sur la bonne voie, à condition que les jeunes investisseurs dans ce domaine soient encouragés.

Selon des anciens, cette plante, bien qu’épineuse, renferme énormément de bienfaits. Le fruit consommé cru est recommandé contre les troubles de la digestion, les graines peuvent produire une huile très recherchée en cosmétique, les raquettes sont aussi comestibles. En plus, cette plante est facile à cultiver.

Elle résiste à la chaleur et s’acclimate facilement à la majorité des terrains, seulement, elle ne peut pas survivre au-delà de 700 mètres d’altitude, ni à des températures inférieures à 5 degrés. La 8e édition de cette fête locale consacre ainsi les valeurs d’un fruit sauvage, très bénéfique pour l’homme à titre gracieux, avec la seule et simple condition de le cultiver, de le protéger des maladies pour le sauvegarder de la disparition.

Source de l’article

PARTAGER