Gaid Salah et une « affaire de pédophile »: Voici la vraie raison d’emprisonnement d’Issad Rebrab

La vraie raison de l’incarcération d’Issad Rebrab serait le fait qu’il a parlé de la présumée « pédophilie de Ahmed Gaid Salah » en 2015. En effet, le capitaine de l’industrie en Algérie a passé plusieurs mois à la prison d’El-Harrach. Le prétexte officiel de son emprisonnement est la surfacturation dans une opération d’importation d’une machine pour la production de l’eau ultra-pure. Cette machine est destinée à la filiale Evcon de son empire industriel Cevital. En revanche et selon une source bien informée d’Observ’Algérie, les vraies raisons sont extra-judiciaires. Notamment son conflit direct avec le défunt Ahmed Gaïd Salah.

Si le contexte de l’arrestation d’Issad Rebrab, sorti de prison hier mercredi, était en plein opération anti-corruption, il y avait en parallèle un vent de stigmatisation de tout ce qui représente la présumée « excellence kabyle ». Et ce même contexte a permis au défunt chef d’état-major de régler ses comptes avec tous ceux qu’il ne pouvait pas toucher sous le règne de Abdelaziz Bouteflika.

L’affaire remonte à 2015, quand le général Hocine Benhadid révèle dans une interview avec nos confrères de Radio M, un présumé dossier que détenait Abdelaziz Bouteflika sur Ahmed Gaïd Salah. Cette déclaration a mené ledit général et Issad Rebrab en prison. Le général Benhadid a insinué que le défunt Gaïd Salah s’adonnait à des pratiques immorales quand il était à la tête de l’École de formation des officiers de réserve de Blida. Issad Rebrab a parlé publiquement sur une chaîne de télévision de « la pédophilie de Ahmed Gaïd Salah ».

Abdelaziz Bouteflika a demandé aux services des noms [pour le poste de chef d’Etat-major de l’armée]. On lui a proposé le nom de Ahmed Gaid Salah. Bouteflika a décidé de nommer Ahmed Gaid Salah – C’est la conjoncture pas plus – Il avait des points faibles (Ahmed Gaid Salah, NDLR). Il avait un dossier à l’École de formation des officiers de réserve de Blida. A Annaba c’est une autre affaire » a déclaré le Général Houcine Benhadid

La déclaration sur Gaïd Salah qui a mené Issad Rebrab à la prison ?

Issad Rebrab s’est exprimé – avec imprudence – sur la chaîne El Magharibia. Une interview dans laquelle l’homme le plus riche d’Algérie a du répondre à la question du journaliste sur un éventuel risque de son arrestation en plein conflit avec le gouvernement de l’époque. Ce dernier avait demandé à son interlocuteur s’il risquait d’être arrêté comme le général Benhadid suite aux critiques similaires exprimées envers l’homme fort de l’armée, Ahmed Gaïd Salah.

Issad Rebrab nie avoir tenu les mêmes propos que le général Benhadid mais cite toutefois cette éventuelle affaire de pédophilie dans laquelle le général Gaïd Salah serait impliqué.

« Il n’y a aucune raison. Parce que Moi j’ai dénoncé des blocages des projets de Cevital par monsieur Bouchouareb, le ministre de l’industrie. Benhadid – A ce que je viens d’apprendre a été arrêté suite à sa déclaration contre le général Gaid Salah. Il a déclaré que les français étaient au courant de la pédophilie de Gaid Salah. C’est le général Gaid Salah qui a déposé plainte. Moi je n’ai absolument rien à voir» a déclaré Issad Rebrab en 2015

Selon notre source, c’est cette déclaration qui a mené Issad Rebrab en prison : « Issad Rebrab est resté huit (8) mois en prison pour deux raisons. La première, c’est la volonté de Ahmed Gaïd Salah de régler ses comptes avec lui. La deuxième est de satisfaire et jouer sur la corde raciste qui s’est emparée de l’opinion publique grâce à des personnalités publiques comme Naïma Salhi ».

Ainsi et à peine quelques semaines du décès de l’ancien vice-ministre de la défense et chef d’état-major, Issad Rebarb sort de prison : « Sa condamnation n’a aucun fond juridique. C’est ce qu’affirme tous les experts. La peine prononcée contre lui n’est qu’une façon de couvrir son arrestation et son emprisonnement ».

Voici le lien vidéo où Rebrab s’est exprimée sur cette affaire en direct sur Al Magharibia ure la pédophilie de Gaid Salah !

PARTAGER