La prostitution politique se joue au grand jour en Algérie

En Algérie, l’asservissement, la honte, la prostitution sont sans limites.

Même le fameux Moussa Touati saute dans ce terrain de prostitution.

Aucun pays au monde n’a touche un tel fonds. J’ai honte, comme la plupart, d’être algérien et je me demande qu’est ce que nous avons fait à Dieu pour qu’il transforme tout un combat révolutionnaire, en un cauchemar sans fin, en une prostitution sans limites, où il n y a aucune place, ni pour les valeurs, ni pour la nationalisme, ni pour la dignité.
L’Algérie est un pays qui court vers sa fin. Avec ce rythme il sera foudroyé par le destin et se disloquera en mille morceaux. Il ne ressemble plus à un pays. Il ne mérite pas ce nom. Il est un territoire de l’avilissement, de la sauvagerie, du pillage, de l’imposture et du règne des crapules.

Ces « Chiyatine » de l’option 3.0 se manifeste au grand jour, demandent à haute voix leurs parts du butin et la rémunération pour leur prostitution.

Des partis d’égouts, microscopiques qui ne reculent devant rien pour satisfaire leurs instincts mercantiles et qui ont pour Dieu leurs intérêts étroits sur fond d’égoïsme et d’irresponsabilité absolue.

Après 20 ans de règne, Bouteflika a réussi à tuer Le Politique en Algérie et toute force qui peut contribuer au développement du pays. On est arrivé au point où d’autres présidents d’autres pays à l’exemple de celui de l’Éthiopie, cite l’Algérie comme exemple et a déclaré que  » s’il n y aurait pas de lutte contre la corruption, l’Éthiopie risque de devenir comme l’Algérie ».

Le moral des algériens qui se respectent est plus que bas, pour en pas dire qu’il est terrassé. Toutes les limites sont dépassées. On sent que cette patrie st devenue une maison, livrée à la débandade, au pillage et à une destruction sans scrupule. Jusqu’à quand le bout du tunnel ?
M.H

PARTAGER