Les vols d’Air Algérie vers le sud du pays nettement plus chers que vers Dubaï, Pékin, Abidjan et Paris ‘

« Malgré d’importantes subventions étatiques, les vols d’Air Algérie vers le sud du pays, sont nettement plus chers, au kilométrage parcouru, que vers Dubaï, Pékin, l’Afrique et Paris ». C’est le constat établi par Salah Hadjab, le porte-parole du collectif Contre la Cherté des Transports vers l’Algérie (CCTA).

Selon le CCTA, la compagnie nationale Air Algérie « vient de bénéficier d’un montant astronomique de plus de 3700 Milliards de centimes au titre de la subvention du service public ». Et de s’interroger sur l’attitude des autorités concernées qui donnent la nette impression « de ne maitriser rien au point où la compagnie leur fait admettre ce qu’elle veut ».

Une simple analyse des tarifs pratiqués par Air Algérie à l’international et sur le réseau domestique permet de se rendre compte de la grave supercherie dont sont victimes les citoyens et particulièrement ceux du SUD du pays qui n’en finissent pas d’être traités en citoyens de seconde zone, souligne le Collectif.

« Le tableau ci-dessus, qui a été élaboré à partir de quelques consultations sur le site Web de la compagnie montre, clairement et sans ambigüité, que le citoyen de Tamanrasset, Adrar ou Tindouf se rendant à Alger paie, au kilomètre, son billet bien plus cher (jusqu’au double) que le voyageur qui emprunte les lignes d’Air Algérie desservant Dubaï, Paris, Dakar ou Abidjan et retour. C’est d’un véritable scandale ! » s’insurge le CCTA.

Ce dernier en appelle aux pouvoirs publics qui « doivent absolument se pencher sur cette sérieuse anomalie qui coûte cher au contribuable sans profiter aux populations du SUD qui n’ont pas d’autres choix que de voyager par avion. Au lieu de supprimer les repas à bord sans baisser les tarifs au détriment des clients, le PDG d’Air Algérie ferait mieux de mettre fin à cette grave duperie et de s’inquiéter des dizaines de vols quasi vides qui sont effectués régulièrement vers des destinations qui n’intéressent pas les algériens alors que des villes du SUD sont très mal desservies » conclut le CCTA.

 

Source : ici

PARTAGER