Riposte internationale dénonce les arrestations et les détentions arbitraires en Algérie

                       DECLARATION

             

RIPOSTE INTERNATIONALE dénonce et condamne l’option du régime Algérien, qui s’est doté d’une façade civile depuis le coup de force électoral du 12 Décembre 2019, ce qui n’a en rien entamé de la détermination de l’ensemble du peuple Algérien ou qu’il se trouve, à l’intérieur comme à l’extérieur du pays.

RIPOSTE INTERNATIONALE prend à témoin la communauté internationale à plusieurs reprises par semaine de la volonté populaire d’en finir avec ce régime, qui continue à opposer non seulement une fin de non-recevoir aux revendications légitimes du peuple Algérien ; de transition politique vers une société démocratique en rupture totale avec le système en place depuis 1962,  mais se cantonne dans ce bras de fer en continuant à instrumentaliser les forces de l’ordre et de la justice aux seules fins d’intimider et de faire taire les voix qui ne lui sont pas acquises .

Les arrestations arbitraires n’ont pas cessé, le maintien en prison depuis quatre mois sans perspective de libération ni de procès de Abdelouahab Fersaoui président du RAJ qui faut-il le rappeler est une association qui milite depuis des années pour la démocratie et les droits de l’homme, en Algérie.

RIPOSTE INTERNATIONALE condamne l’arrestation et le jugement expéditif de Abdelessami Abdelhai journaliste qui s’est retrouvé dans un véritable traquenard judiciaire dont l’objectif s’inscrit dans la logique du verrouillage de l’information et cette ultime provocation sonne comme un avertissement.

 

RIPOSTE INTERNATIONALE dénonce le traitement réservé à des personnes vulnérables mais déterminées depuis le 22 Février 2019 l’image de la citoyenne « Madame BAYA » qui, malgré le traitement médical lourd de son cancer s’est vue malmenée par les forces de l’ordre n’hésitant pas à lui confisquer son traitement.

                RIPOSTE INTERNATIONALE dénonce aussi l’arbitraire qui frappe Karim Tabou non seulement injustement emprisonné mais maintenu en isolement.

RIPOSTE INTERNATIONALE constate qu’aucune mesure d’apaisement n’émane de la part du régime en vue d’une issue à la crise dont il est l’origine, mais continue d’opposer son arbitraire en guise de réponse à une dynamique de changement qui reste malgré toutes ces provocations a su conserver son caractère pacifique.

RIPOSTE INTERNATIONALE rappelle les revendications de libération de l’ensemble des détenus politiques et des détenus pour délit d’opinion ainsi que l’arrêt des mesures d’intimidations et de vexations des militants, des journalistes et de l’ensemble des citoyens engagés dans la révolution, comme exigence minimale et légitime. Tout comme elle a maintes fois dénoncé des faits similaires avec la plus grande vigueur.

            RIPOSTE INTERNATIONALE rappelle également, à la communauté internationale, sa responsabilité devant l’histoire de cette nouvelle forme de non-assistance à un peuple en danger en cautionnant le simulacre électoral du 12 Décembre 2019, qui n’est malheureusement qu’une continuité d’un régime, dont la véritable nature est mise à nu au grand jour, tout en s’affranchissant des règles qu’il a lui mêmes inscrites dans ses différentes constitutions.

RIPOSTE INTERNATIONALE assure l’ensemble des détenus et de leurs familles et proche de soutien indéfectible et que tout sera entrepris pour leur libération.

 

Paris, le 06 Février 2020

Le président   ALI AIT DJOUDI

Pour le bureau exécutif

 

PARTAGER